spoliation


spoliation

spoliation [ spɔljasjɔ̃ ] n. f.
• 1425; lat. spoliatio
Didact. Action de spolier; son résultat. « Les acquéreurs se feraient [...] complices de la spoliation » (Romains).

spoliation nom féminin (latin spoliatio) Littéraire. Action de déposséder par violence ou par ruse.

spoliation
n. f. Didac. Action de spolier; résultat de cette action.

⇒SPOLIATION, subst. fém.
A. — Action de déposséder par violence ou par ruse; résultat de cette action. Synon. dépossession, dépouillement. Spoliation d'héritage. Il enlevait les trésors cachés, les meubles les plus précieux, et dépouillait les cadavres de leurs bijoux. Plus d'une fois, hâtant les effets de la peste trop lente à son gré, il a frappé, dit-on, des victimes dont les cris auraient troublé ses spoliations (LATOUCHE, L'HÉRITIER, Lettres amans, 1821, p. 128). L'idée de Karl Marx: Le capital était le résultat de la spoliation, le travail avait le devoir et le droit de reconquérir cette richesse volée (ZOLA, Germinal, 1885, p. 1340).
B. — Spécialement
1. ADMIN. Spoliation d'une lettre. ,,Action de soustraire les valeurs contenues dans cette lettre`` (Lar. 19e).
2. DR. Procès en spoliation. Action en justice intentée à un spoliateur par sa victime pour obtenir la restitution de son bien ou la reconnaissance de son droit. J'ai dit à mademoiselle Brazier qu'elle devait s'en tenir au testament, sous peine d'avoir un procès en spoliation, vu les preuves nombreuses que les différents transports faits de tous côtés donneraient de leurs manœuvres (BALZAC, Rabouill., 1842, p. 494).
3. HIST. DE L'ÉGLISE
a) Spoliation de l'Église. ,,Confiscation de ses biens par la puissance séculière: la plus spectaculaire en France fut celle de 1789`` (Foi t. 1 1968).
b) Fait de dépouiller des monuments. Quoique, depuis l'adoption du christianisme, les tombeaux des rois et des grands fussent ordinairement dans l'enceinte des monastères (...) leur spoliation offrait trop d'appât et de facilité pour ne pas devenir très commune (LEGRAND D'AUSSY, Instit. Mém. scienc. mor. et polit., t. 2, p. 453 ds LITTRÉ).
4. MÉD. ANC. Soustraction d'une partie ou de certains éléments constitutifs d'une humeur. La principale [cause de modification de la formule sanguine] est la spoliation sanguine due à l'érosion des vaisseaux par les cellules tumorales (ROUSSY ds Nouv. Traité Méd. fasc. 5, 2 1929, p. 435). La spoliation chlorée est ici la cause de l'azotémie (DELAY, Ét. psychol. méd., 1953, p. 214).
REM. Spoliatif, -ive, adj., méd. anc. Qui allège, qui supprime; qui constitue un remède ou une mesure thérapeutique privant l'organisme d'une certaine quantité de ses humeurs (d'apr. Méd. Biol. t. 3 1972). Lorsque l'on pratiquoit cette opération [la saignée] avec l'intention de diminuer le volume absolu du sang, on la nommoit spoliative (Encyclop. méthod. Méd. t. 13 1830).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1425 (OLIVIER DE LA HAYE, Poème sur la grande peste de 1348, éd. G. Guigne, p. 226). Empr. au lat. spoliatio de même sens (dér. de spoliare « spolier (v. ce mot) »). Fréq. abs. littér.:83.

spoliation [spɔljɑsjɔ̃] n. f.
ÉTYM. 1425; du lat. spoliatio, de spoliare. → Spolier.
Didactique.
1 Action de spolier (→ Piraterie, cit. 2); son résultat. || Être complice (cit. 2) d'une spoliation.
1 — (…) Croyez-vous que, sur des soupçons (…) j'irai me rendre le complice de la spoliation entière, de l'héritier de votre nom, d'un jeune homme plein de mérite ?
Beaumarchais, la Mère coupable, I, 6.
2 La spoliation de tout un peuple, voilà la base de la puissance anglo-normande.
Michelet, Hist. de France, II, V.
2 Rare. (Une, des spoliations). Bien pris en spoliant. || Restituer (cit. 1) des spoliations.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • spoliation — spo·li·a·tion /ˌspō lē ā shən/ n 1: the destruction, alteration, or mutilation of evidence esp. by a party for whom the evidence is damaging 2: alteration or mutilation of an instrument (as a will) by one who is not a party to the instrument… …   Law dictionary

  • Spoliation — Spo li*a tion (sp[=o] l[i^]*[=a] sh[u^]n), n. [L. spoliatio: cf. F. spoliation. See {Spoil}, v. t.] 1. The act of plundering; robbery; deprivation; despoliation. [1913 Webster] Legal spoliation, which will impoverish one part of the community in… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • spoliation — Spoliation. s. f. v. Despouïllement. Avant sa spoliation …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Spoliation — (v. lat.), Beraubung, Plünderung …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Spolĭation — (lat.), Beraubung …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Spoliation — (lat.), Beraubung; spoliieren, plündern …   Kleines Konversations-Lexikon

  • spoliation — c.1400, from L. spoliationem (nom. spoliatio) a robbing, plundering, pillaging, noun of action from spoliare to plunder, rob (see SPOIL (Cf. spoil)) …   Etymology dictionary

  • spoliation — Spoliation, Spoliatio …   Thresor de la langue françoyse

  • spoliation — [spō΄lē ā′shən] n. [ME spoliacioun < L spoliatio: see SPOIL] 1. a spoliating or being spoliated; robbery; plundering 2. the act of spoiling or damaging 3. Law the destruction or alteration of a document by an unauthorized person …   English World dictionary

  • Spoliation — Confiscation La confiscation est une sanction décidée par une autorité qui s approprie les biens d une personne ou d une entreprise sans contrepartie. Sommaire 1 Notions voisines 2 Confiscation générale et confiscation spécifique 3 Confiscation… …   Wikipédia en Français